Notre arrivée et notre vie à Mancora
Pérou

Notre arrivée et notre vie à Mancora

Vivre à Mancora

Pour vous situer un peu, Mancora est une petit ville au nord du Pérou, à 1160km de Lima. Plus précisément ici:

Webandsun Máncora Mancora

Mancora est très connue pour sa dulce vida (et oui, ce n’est pas réservé qu’aux italiens !). C’est une destination touristique très prisée par les Péruviens. Vous vous souvenez peut-être de notre discussion avec le chauffeur de taxi à Lima. Elle est aussi très appréciée des surfeurs et kitesurfeur du monde entier, pour sa vague (élue plusieurs fois vague de l’année pour débuter) et sa proximité avec Los Organos, Cabo Blanco, Lobitos. La vague de Cabo Blanco a même été renommée « Le Pipeline péruvien » pour sa ressemblance avec la gauche hawaïenne puissante et creuse. Vous l’aurez compris, pour les amateurs de surf et de kitesurf, c’est là-bas qu’il faut se rendre. Je ne pourrais pas en parler plus, car nous sommes encore débutants dans le domaine. On vous parlera très prochainement de nos premiers cours !

Webandsun mancora cabo blanco wave

Quand on arrive en ville

Sur tout le trajet de bus, les plus beaux paysages que j’ai pu voir, se trouvaient entre Los Oragnos et Mancora. On passe du désert aux paysages rocheux et montagneux, ce qui offre une vue magnifique avant d’arriver à destination.

Ce qui est saisissant en en descendant du bus, c’est la chaleur.  À Lima il ne faisait qu’une vingtaine de degrés, dans le bus climatisé nous avions presque froid, et d’un coup nous sommes passés à 30/35°C.  Outre cette première sensation d’étouffement, on remarque tout de suite que la ville s’est construite le long de la Panamericana Norte (route qui traverse le Pérou du nord au sud).  L’autre chose qui m’a frappé, c’est de voir plus de motos-taxis que de voitures circuler sur cette route, mal entretenue et poussiéreuse.

Qu’est ce qu’on mange ?

webandsun marché de mancora web and sun

Une fois installés à la Casa Verde, nous sommes allés faire des courses.  Pour les gens qui ne le savent pas (comme moi), ici on oublie les grandes surfaces, et on laisse place à une multitude de petits commerces, les Bodegas. On peut aussi oublier la diversité qu’on connaît en Europe. Je me suis résigné à faire une croix sur les steaks et le fromage… Le point positif c’est quand même les légumes qu’on trouve au marché.  Moi qui n’aime pas spécialement ça, j’en mange tous les jours ou presque. Ils ont l’avantage d’être vraiment meilleurs qu’en Europe, et vraiment pas cher. Par exemple, ici l’intérieur des tomates est tellement rouge que c’était presque perturbant la première fois. Pour faire bref, il faut retenir que légumes rime avec bon, sain, et pas cher.

Les Péruviens

D’après ce que nous avions pu lire sur divers articles et blogs, on s’attendait à ce que les gens soient souriants et agréables. Raté. Ce que je veux dire par là, c’est que personne ne décroche un sourire, ils ne sont pas très avenants. En revanches la plupart du temps si vous leur souriez ils vous répondent de bon coeur. Leur absence de sourire est d’autant plus surprenante qu’il n’est pas rare qu’ils vous disent « Holà ! » sans raison particulière. Après, cette attitude s’explique aussi par El Niño, le phénomène climatique qui a ravagé une partie du Pérou et qui a fait fuir les touristes.

Ce sont quand même des gens très généreux. Au marché par exemple, quand ils voient que nous galérons un peu pour nous faire comprendre, ils prennent le temps, et ils essayent de nous apprendre le vocabulaire ! Si en plus on est polis et souriants, ils donnent souvent quelques fruits gratuitement.

La playa

webandsun couché soleil plage de Mancora

La plage de Mancora est une plage immense, un peu comme celles qu’on peut trouver en Bretagne (on parle d’eux partout !).  On y trouve plusieurs petits bars avec leurs chaises directement sur la plage, à côté des écoles de surf. Les écoles de surfs, c’est une institution ici. Avec ce que je vous ai dit au début de l’article, vous comprenez pourquoi. D’ailleurs, c’est marrant de voir les petits apprendre le surf. Quand à 5 ans en Europe, on a peur qu’ils se foulent le petit doigt, ici ils surfent. La plage est aussi un endroit très agréable pour se promener car elle n’est pas surpeuplée et le sable y est très fin. Ça l’est particulièrement au coucher du soleil. Comme vous pouvez le voir sur la photo, il est exceptionnel et tous les soirs le ciel est plein de couleurs avec un aspect qu’on ne voit pas ailleurs.

Mon ressenti

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que quand on arrive ici tous nos repères disparaissent. Le code de la route par exemple. Le truc bête auquel plus personne ne fait attention. Si vous ne voulez pas avoir d’accident, oubliez tout ce que vous avez appris en France. Au début c’est un peu dur de voir ses petites habitudes (de vie, alimentaires etc.) s’envoler, mais on s’y fait. On se rend compte assez vite que beaucoup de choses sont futiles. Ma (notre) vision des choses tend à évoluer au fil du temps passé ici. Mine de rien, se créer de nouvelles habitudes, ça fait du bien.

Le plus de Sophie: C’est vrai que Mancora nous permet de décrocher avec un bon nombre de chose. Le beurre par exemple… Même si on en trouve, on a décidé d’arrêter d’en mettre sur nos tartines et dans la cuisine pour suivre les habitudes locales. Jusque là on arrive à s’y faire mais nous avons quand même hâte de retrouver les tartines de beurre salé sur une baguette de la boulangerie d’Antan (clin d’oeil aux Nantais!).

( Qui a la chanson de Balavoine dans la tête ? )

4/5 (1 Review)
Partager
Written by Antoine Lounis

2 Comments

  • Lise 27 mai 2017 at 20 h 27 min

    Holà

    J’ai adoré ton article Antoine, tu écris vraiment bien, j’aime beaucoup.
    J’adore prendre le temps de lire de vos nouvelles à travers votre blog 🙂
    Bisous
    Bisou

    Reply
  • Sophie Barbaud 7 juin 2017 at 11 h 22 min

    Merci beaucoup Lise, t’es adorable ça fait vraiment trop plaisir ? Des bisouuus !!

    Reply
  • Please Post Your Comments & Reviews

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Instagram

    Instagram a retourné des données invalides.

    Follow us